Découvrez ICI le site  des frères Gaillard, nos  producteurs de pommes et de poires, et le portrait réalisé par le réseau AmapIDF en juin 2018.


Message du 5 septembre : Nouvelles estimations

 

Nous avons bientôt terminé la récolte des poires, nous devrions pouvoir en  23 tonnes.Même si la récolte n’a pas commencé, nous revoyons à la hausse l’estimation de la quantité de pommes, soit 48 tonnes.

 

Avec ces nouvelles estimations de récolte, notre simulation de trésorerie met en évidence un solde bancaire au 31 mai 2020 de:

  •  -43 487€              pour les pommes à 2.70€/kg et les poires à 3.70€/kg,
  • -9 137€                 pour les pommes à 3.20€/kg et les poires à 4.20€/kg,
  • 11 473€                pour les pommes à 3.50€/kg et les poires à 4.50€/kg.

Si ces hypothèses se confirment nous pensons suffisant de positionner le curseur à 3.50€ le kilo de pommes et 4.50€ celui de poires.

 

On y verra un peu plus clair à la mi-septembre, nous vous tenons informé.e.s.

 

A très bientôt.

 

Jean-Marc & Dominique


Message du 1er Septembre : Estimation récolte pommes-poires

 

La belle saison de fruits rouges laisse place à celle, nettement moins belle, des pommes et des poires. L’épisode de gel de la mi-avril en est la cause principale. Le sont ajoutés des dégâts provoqués par les anthonomes (du poirier et du pommier) et l’hoplocampe du poirier. Nous reviendrons plus longuement sur ces nuisibles dans une prochaine communication.

 

Le gel a provoqué des pertes dans trois vergers :

  • Le grand verger de pommiers situé au lieu-dit Les Bergeries (gelé à 50%),
  • Le verger du lieu-dit Les Flambertins situé à 1 km du précédent où sont plantés 40 ares de pommiers (gelés à 100%) et 1.5 ha de poiriers (gelés à 80-90%),
  • Clos René (1 ha de poiriers gelés à 30%).

L’anthonome du pommier a fait des dégâts dans le verger des Bergeries, l’anthonome du poirier dans celui des Flambertins. Sans le gel les dégâts provoqués par ces anthonomes, bien que réels, n’étaient pas de nature à compromettre la récolte.C’est dans le verger baptisé Gros Chêne que l’hoplocampe du poirier a sévi. C’est un verger de poiriers de 1.2 ha et nous estimons les pertes à 90%.

C’est la première fois que nous sommes confrontés à ce nuisible depuis que notre conversion à l’agriculture biologique. Un seul moyen de lutte en bio : poser au tout début de la floraison des plaques blanches collantes permettant la capture des adultes.

 

La récolte des poires est en cours, celle des pommes devrait débuter vers le 5 septembre. Les estimations « fruits sur les arbres » que nous avons effectuées donnent les résultats suivants :

  • Pommes             45 à 50 tonnes,
  • Poires                 20 à 25 tonnes.

 Nous vous proposons de vous communiquer le calendrier des distributions la semaine du 16 septembre (semaine 38), cela nous permettra d’avoir une estimation plus précise des quantités de fruits. A cette date nous aurons terminé la récolte des poires ainsi que certaines variétés de pommes (Elstar, Gala, , Reine des reinettes, Rubinette). Afin de respecter le délai nécessaire à la mise en place des contrats (3 semaines), les premières distributions se dérouleront la semaine du 14 octobre (semaine 42).

 

Lorsque les récoltes sont faibles nous donnons la priorité aux partenariats AMAP et à la vente à la ferme. Pour cette campagne, nous ne serons pas en capacité de fournir des pommes et des poires à la coopérative bio d’Ile-de-France.

Sur la base des estimations de ce jour, nous pouvons espérer :

  • 6 à 7 distributions pour les contrats à distributions bihebdomadaires,
  • 3 à 4 distributions pour les contrats à distributions mensuelles.

Ce gel a touché de très nombreux paysans arboriculteurs et c’est sans difficulté qu’une procédure Calamités Agricoles a été activée. Pour le département des Yvelines, une mission d’enquête a eu lieu le jeudi 8 août afin de constater les conséquences du gel. Nos vergers des Bergeries et des Flambertins ont ainsi été visités. Dès que l’arrêté de Calamités Agricoles sera affiché en mairie nous remplirons un dossier de demande d’indemnisation. Cela ne vaut pas automatiquement versement d’une indemnité.

 

Pour percevoir une indemnité il faut que le rendement soit en-dessous du barème. Dans le barème, pour un verger de pommiers bio, une récolte est déclarée normale à 10,25 tonnes/ha. C’est une aberration car la réalité est plutôt autour de 18-20 tonnes, soit près du double.La surface de notre verger de pommiers en production est de 4,5 ha. Sur la base d’une récolte de 50 tonnes, le rendement est d’un peu plus de 11 tonnes/ha. Pour les pommes nous ne devrions donc pas percevoir d’indemnité, comme lors du gel de 2017. Courant septembre nous allons entreprendre des démarches pour faire évoluer le barème des pommes bio.

 

De la même façon, pour un verger de poiriers bio, une récolte est déclarée normale à 10,15 tonnes/ha ce qui est déjà plus proche de la réalité.La surface de notre verger de poiriers en production est de 5,57 ha. Sur la base d’une récolte de 25 tonnes, le rendement est de 4,49 tonnes/ha.Comme en 2017 nous devrions percevoir une indemnité. En 2017 nous avions été indemnisé à hauteur de 16 800€.Dans notre simulation de trésorerie nous avons prévu une indemnité de 15 000€.

 

La MSA budgète chaque année une enveloppe pour soutenir des agriculteurs lors d’une campagne difficile. Lors du gel de 2017 nous avions reçu une aide de 7 500€. Cette aide peut aller jusqu’à 15 000 €. Nous avons contacté la MSA fin juillet et nous devrions bénéficier de son soutien. Dans notre simulation de trésorerie, nous avons considéré l’aide maximum de 15 000 €.

 

Lors du gel de 2017, dans la recherche partagée d’une solution équitable, les amapiens nous avaient accompagnés par une augmentation de 2.50 € du prix du panier de 5 kg (3,5 kg pommes et 1,5 kg de poires) : 17,50 € au lieu de 15 €.

Ce prix de 17,50 € était basé sur un kilo de pommes à 3.20 € (au lieu de 2.70 €) et un kilo de poires à 4.20 € (au lieu de 3.70 €). La simulation de trésorerie que nous avons faite pour cette campagne 2019/2020 nous amène à proposer 19 € pour le prix du panier de 5 kg.

Ce prix de 19 € est basé sur un kilo de pommes à 3.50 € et un kilo de poires à 4.50 €.

À 19 € le panier de 5 kg la simulation de trésorerie met en évidence un solde bancaire au 31 mai 2020 de - 24 000 €. A 17,50 € le solde bancaire serait de - 41 000€.

 

Plusieurs différences par rapport à 2017  expliquent ce prix du panier dans un contexte équivalent :

  • Nous avons perçu en 2017 l’indemnité calamités agricoles de 2016 pour 11 718€,
  • Nous avons reçu en 2017 des aides du département (7 000€) et de la communauté urbaine (6 200€) en complément des calamités 2016,
  • En 2017 nous avons vendu notre camion pour 13 000€,
  • Début 2018 nous avons eu une rentrée exceptionnelle de 9 563€ suite à la dissolution de l’association Fermes Bio d’Ile-de-France.

L’aide que vous nous apporteriez par ce soutien « au prix du panier » nous permettrait de « limiter la casse » et d’aborder la campagne 2020 dans de pas trop mauvaises conditions compte-tenu de la situation.

 

Voilà, nous espérons avoir été clairs dans la présentation de la situation et attendons vos remarques/questions/propositions avec intérêt.

 

Nous vivons une série inédite de campagnes problématiques puisque les campagnes 2015, 2016, 2017 et 2019 débouchent sur l’activation de la procédure des Calamités Agricoles.

Des questions en découlent :

  • Quelle est la part du changement climatique dans cette série ?
  • Ce contexte difficile pour les paysans arboriculteurs va-t-il être un frein à l’installation de nouveaux porteurs de projet (trop risqué) ?
  • Même question pour la transmission des fermes arboricoles.

Une affirmation toutefois : sans les partenariats AMAP nous serions en très grande difficulté.

 

Nous vous remercions pour votre engagement et votre soutien.

 

Jean-Marc & Dominique


Message du 23 Août : Bilan campagne fruits rouges

 

Avant d’aborder la semaine prochaine le contrat pommes/poires nous souhaitons vous dresser un bilan de la campagne 2019 de fruits rouges qui se termine actuellement avec la récolte des mûres.

 

Ce fût une belle campagne pour deux raisons :

  • La mouche Drosophila Suzukii a été peu présente donc peu de perte,
  • Nous avons atteint un point d’équilibre au niveau du nombre de paniers distribués en AMAP.

 

Nous pensons que les conditions météo sont certainement à l’origine de la faible présence de la mouche. Voici les moyennes mensuelles des températures mini et maxi et le cumul des précipitations des mois d’avril, mai, juin et juillet :

  • Avril      5,8°        15,4°      13mm
  • Mai        7,7°        16,6°      89mm
  • Juin       13,4°      23,7°      76mm
  • Juillet    15,1°      26,8°      20mm

 

On constate que les mois d’avril et mai ont été frais ainsi que les ¾ du mois de juin si on tient compte de la canicule survenue dernière semaine de juin. Cette fraicheur est défavorable au développement de la mouche.

 

Concernant les précipitations, entre le 20 juin et le 5 août il y a eu 4 épisodes pluvieux de 5, 4, 9 et 2mm. Nous vivons une nouvelle sécheresse aggravée par deux semaines de canicule (une fin juin et l’autre fin juillet). Nous espérons que les 59mm tombés depuis le 5 août vont faire grossir les pommes et poires. Donc bis repetita après la sécheresse de 2018. Faut-il s’y habituer ?

 

Les quantités de paniers distribués ont significativement augmenté par rapport à la campagne 2018.

A titre d’exemple, la première semaine de juin (semaine 23) ont été distribués 1570 paniers alors que :

  • 1286 l’avaient été en 2018,
  • 1058 en 2017,
  • 918 en 2016.

Cette augmentation est due à une augmentation sensible des paniers des AMAP déjà partenaires et à 6 nouveaux partenariats.

Nous pensons avoir atteint un point d’équilibre entre la quantité de fruits récoltés et le nombre de paniers souscrits en AMAP.

 

Pour la campagne 2019, les 11159 paniers distribués se répartissent comme suit :

  • 1570      semaine 23
  • 1613      semaine 24
  • 1623      semaine 25
  • 1594      semaine 26
  • 1542      semaine 27
  • 1344      semaine 28
  • 1154      semaine 29
  • 719        semaine 30

 

Pour terminer sur cette campagne fruits rouges 2019, voici une répartition en pourcentage des volumes écoulés par circuit de commercialisation, GMS désignant les « Grandes et Moyennes Surfaces » locales.

- Fraises                 AMAP   59,4%       A la ferme   20,81%      GMS   11,43%    Lenôtre     2,97%      Divers   5,39%

- Fr. des bois          AMAP   51,19%     A la ferme   12,22%      Rungis  9,12%    Lenôtre   27,47%     

- Framboises          AMAP   84,31%     A la ferme   13,74%                                                                   Divers   1,95%

- Groseilles             AMAP   79,94%    A la ferme     8,73%      CoopBio 9.70%                                     Divers   1,63%

- Gros. à Maq.        AMAP  89 ,98%    A la ferme    7,72%                                                                     Divers   2,30%

- Cassis                  AMAP  91,26%     A la ferme    8,74%

- Mûres (*)              AMAP 16,05%      A la ferme    6,87%       CoopBio 28,29%   Rungis  48,80%

 

(*) Récolte en cours – Répartition au 23 août.

 

Mis à part un souci avec la variété de fraise MANILLE vers la fin du mois de juin nous avons eu de bons retours sur la qualité des fruits proposés. Pour la campagne 2020 nous avons décidé de diminuer la surface de MANILLE au bénéfice de la variété MAGNUM très appréciée.

Cette belle campagne de fruits rouges va atténuer les effets de la très faible récolte de pommes et poires.

 

Nous adressons chaleureusement un grand merci à chaque amapien.ne pour sa contribution et son engagement.

 

Jean-Marc & Dominique


Message du 2 mai 2019 : suite gel 13 et 14 avril

 

Bonjour,

 

En ce qui nous concerne, ce gel a été moins grave que celui de 2017.

Pour les poiriers il se confirme que seul un des 4 vergers a été partiellement touché.

Pour les pommiers :

  • Dans le petit verger (Chantecler, Jubilé) nous pouvons finalement espérer une petite récolte (5 % ?, 10% ?),
  • Dans le grand verger le gel semble moins grave qu’en 2017. Nous préférons attendre fin mai pour tirer des conclusions plus précises.

 

Voilà le constat que nous pouvons dresser à ce jour

 

A bientôt 

 

Dominique


Message du 17 avril : Gel des 13 et 14 avril

 

Bonjour,

 

Dans notre précédent message j’avais fait état de prévisions météo annonçant une fin de semaine avec des températures voisines de 0 au lever du jour. Cela s’est hélas confirmé avec des températures négatives.

 

Comme en 2017, le petit verger de pommiers (Variétés Chantecler et Jubilé) est gelé à 100%.

Comme en 2017, il y a aussi des dégâts dans le grand verger de pommiers mais il nous est pour le moment difficile d’en connaître l’ampleur.

Concernant les poiriers la situation est plus rassurante. A priori, sur les 4 vergers de poiriers, un seul est partiellement atteint, celui qui se trouve sur la même parcelle que le petit verger de pommiers.

 

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation.

 

Bonne fin de semaine.

 

Dominique


Message du 10 avril 2019 : point sur la campagne

 

Bonjour,

 

Voici 20 jours que nous le printemps est arrivé … sur la pointe des pieds !

C’est en effet la fraîcheur qui persiste avec, pour le moment, un seul gel au compteur, le jeudi 4 avril au lever du jour. Les poiriers Williams et Conférence étaient alors en floraison tandis que les fleurs de Comice commençaient à s’ouvrir. Fort heureusement, très peu de fleurs ont été noircies par cet épisode gélif (en fait uniquement quelques fleurs de Williams dans la partie la plus gélive). Les prévisions météo annoncent une fin de semaine avec des températures voisines de 0 au lever du jour. On verra.

 

En plus des travaux réalisés chaque année entre début mars et mi-avril, nous avions cette année à réaliser la plantation de 1570 pommiers (1.3ha), 720 framboisiers (6 rangs de 80 m) et 120 pieds de kiwis jaune (20 ares). Fin 2018, avant l’hiver, nous avons effectué une première préparation du sol par le passage de la sous-soleuse – décompactage de la terre en profondeur – puis du canadien – déracinement et enfouissement des mauvaises herbes. Avant la plantation il faut « ouvrir » la terre, la travailler pour la rendre la plus « fine » possible. Objectif atteint avec les passages successifs du canadien et de la herse rotative.

 

Ces plantations ont été faites en 3 temps et beaucoup, beaucoup de mouvements !

  1. Nous avons bien exploité les 10 jours de temps secs fin février début mars pour planter 1 ha de pommiers dans la parcelle où se trouvent pruniers et kiwis..
  2. Puis, courant deuxième quinzaine de mars, nous avons planté le reste des pommiers dans le grand verger de pommiers. Ce verger est maintenant entièrement planté !
  3. Enfin fin semaine dernière jusqu’à hier mercredi, nous avons réalisé la plantation des framboisiers et des kiwis.

 

Pour rappel les travaux que nous réalisons chaque année à partir du mois de mars sont ;

  • Fin de préparation et livraison des paniers de pommes et poires distribués en AMAP
  • Fertilisation organique des vergers,
  • Remise en état des bâches dans les tunnels accueillant les fraisiers,
  • Plantation de la première planche de fraisiers,
  • Protection des vergers par la pulvérisation d’argile, etc.,
  • Enlever les bourgeons de poiriers « habités » par une larve d’anthonome (1ère fois que ce travail est effectué),
  • Dressage des framboisiers, groseilliers, cassissiers et mûriers (travail en cours),
  • Effleurage des poiriers Conférence et Williams (travail en cours).

 

En agriculture biologique nous ne disposons pas de moyen simple et peu coûteux pour diminuer la pression de l’anthonome du poirier. La seule solution est d’enlever à la main les bourgeons atteints : on y a passé quelques journées ! Voilà sans doute une idée à creuser pour une aide des amapiens …

 

Dans les prochaines semaines nous allons :

  • terminer l’effleurage des poiriers et les dressage des framboisiers
  • réaliser un premier désherbage manuel des framboisiers,
  • effleurer les pommiers,
  • veiller à ce que les jeunes plantations ne souffrent pas du manque d’eau,
  • planter la deuxième planche de fraisiers,
  • réaliser d’autres petites choses qui ne me viennent pas à l’esprit !

Finalement, comme en 2018, nous vous proposons de se retrouver sur l’exploitation pour un temps d’échange durant la deuxième quinzaine de septembre. Vous pouvez déjà noter les samedis 21 et 28 septembre mais j’aurai l’occasion de vous le rappeler.

 

A bientôt.

 

Dominique


Message du 03 janvier 2019

 

Bonjour,

Toute les personnes qui travaillent à vous proposer de bons fruits se joignent à nous pour vous adresser leurs meilleurs vœux pour cette année 2019.

La trêve de Noël va s’achever et les distributions vont reprendre à partir de ce lundi 7 janvier.

A bientôt.

Jean-Marc & Dominique


Message du 19 décembre

Bilan de campagne 2018

 

Cette année restera marquée tout d’abord par la période très pluvieuse entre mi-mai et mi-juin puis par la longue période sèche de mi-juin à fin octobre.

Pour les pommes et poires, beau potentiel au stade de la floraison. En l’absence de gel printanier la récolte a été au rendez-vous-même si nous espérions plus de fruits.

 

1 – REFERENTS FRUITS

 

Nous voulons profiter de ce bilan 2018 pour évoquer le rôle essentiel assuré par les référent.e.s dans les AMAP.

Sans les référent.e.s  pas de contrat donc pas de fruits !

Essayons de leur faciliter la tâche :

-          en étant attentif aux courriels qu’ils.elles vous adressent (« ah je n’ai pas vu le mail », « ah oui, j’ai oublié »),

-          en lisant attentivement les consignes (par exemple concernant le nombre de chèques et leur montant),

-          en remettant contrat et chèques avant la première distribution.

 

Nous remercions chaleureusement chaque référent.e pour le temps passé à la mise en place des contrats et remercions par avance chacune et chacun d’entre vous pour les efforts consentis afin de leur faciliter la tâche !

 

2 – DEPART DE FATIMA

 

Fatima travaillait avec nous depuis le 8 septembre 1994 dans le cadre d’un CDI. Depuis plusieurs mois Fatima était en arrêt Maladie Professionnelle (problème à l’épaule). Nous avons été amenés à licencier Fatima pour inaptitude physique et lui avons versé l’indemnité spéciale de licenciement à laquelle elle avait droit. Le montant important de cette indemnité a été financé par l’emprunt.

Fatima ne sera pas remplacée car la surface de nos poiriers a diminué durant la période de son arrêt de travail.

 

Nous nous sommes rassemblés courant septembre pour remercier Fatima pour ce qu’elle nous a apporté et l’entourer de notre affection. Ce fût un beau moment chargé d’émotions.

Sur la photo jointe (prise par Jean-Marc) sont présents de gauche à droite :

Augusto, Andrzej, Danuta, Sylvie (vendeuse à la boutique), Dominik, Angelika, Sebastian, votre serviteur, Alice, Fatima, Monsieur AGOUJJIL (mari de Fatima) et Souad (fille de Fatima).

 

Alice, Sylvie, Augusto, Andrzej et Sebastian sont salariés permanents. Angelika, Danuta et Dominik sont salariés saisonniers.

 

Dans le jeu des 7 familles, Dominik est le fils de Danuta et Andrzej, Angelika est la femme de Sebastian. Une belle histoire de familles !

 3 – LES PRODUCTIONS

 

Fruits rouges

Comme en 2017, les récoltes se sont faites sous une chaleur continue. Conséquence, bon nombre de paniers ont été très fournis en fraises (paniers doubles). C’est avec une joie non contenue que nous vous les avons apportés en pensant à votre soutien financier suite aux pertes provoquées par le gel d’avril 2017 !

Nous avons eu un souci avec les plants de fraises des bois qui nous ont été livrés. Comme chaque année nous commandons des plants racine mais ce sont des plants motte qui nous ont été livrés. Les plants motte mettent plus de temps à se développer et les récoltes ont donc été différées.

C’est la deuxième fois que nous subissons ce problème, nous avons décidé de changer de fournisseur.

Comme planifié en 2017 nous avons regroupé les 2ème et 3ème plantations de fraisiers que nous avions mis en place jusqu’en 2017. L’objectif est d’éviter d’avoir des fraises durant la dernière décade de juillet au cours de laquelle les dégâts provoqués par la mouche Drosophilla Suzukii peuvent être très importants.

 

Prunes

Récoltes quasi nulles de Reine Claude et Quetsche. Petite récolte de mirabelle.

Cela s’explique par la très grosse récolte de l’an passé.

 

Poires

Beau potentiel de fruits au stade de la floraison. A l’arrivée la récolte est moyenne en volume en partie à cause de la sécheresse (calibre assez petit pour la poire Conférence). Le rendement est d’un peu plus de 10 tonnes par hectare alors qu’on peut espérer se rapprocher des 15 tonnes.

La période pluvieuse évoquée plus haut est à l’origine des taches de tavelure sur les poires Comice. Pour un verger de Comice le problème de la tavelure est accentué par la présence de chancre sur les arbres. Le chancre est un champignon qui ronge l’écorce des arbres et qui constitue un foyer favorisant le développement de la tavelure.

 

Pommes

Très beau potentiel au stade de la floraison et au final une récolte simplement correcte. La sécheresse est à l’origine de calibres plutôt petits dans certaines variétés (Gala, Goldrush, Rubinette, Reine des reinettes, Canada, Chantecler).

Les récoltes réalisées dans les jeunes plantations commencent à être suffisantes pour en proposer dans les paniers (Rubinette, Reine des Reinettes, Goldrush).

Petite déception pour la variété Wellant : nous pensions avoir une récolte suffisante pour également en mettre dans les paniers mais nous n’en avons récoltée que 400kg. Rendez-vous en 2019 ! Confirmation, sur un plan gustatif il s’agit d’une très bonne pomme.

 

Nous avons expérimenté la récolte des pommes et des poires Conférence d’un verger en palox (voir plus loin dans les investissements). L’ensemble de l’équipe a apprécié de ne plus avoir à porter les caisses de 25 kg !

 

Kiwis

Deuxième récolte de 450 kg (120 kg en 2017). Les kiwis verts ont été plantés en 2011 sur une parcelle de 20 ares.

Nous devrions commencer à mettre des kiwis dans vos paniers à partir de la campagne 2019. Nous ne pourrons pas en proposer aux adhérents de toutes les AMAP, nous privilégierons l’ancienneté des partenariats (nous n’avons pas trouvé de critère plus objectif !).

 

 4 – LES INVESTISSEMENTS DE LA CAMPAGNE

Au cours de cette campagne 2018 nous avons concrétisé le passage à la récolte en palox et terminé d’aménager la nouvelle entrée de l’exploitation.

 

Projet « palox »

Palox

18 755 €

Chariots porte-palox

6 140 €

Chargeuse

39 735 €

Vide-palox

27 900 €

TOTAL

92 530 €

 

Pour rappel ce projet a été motivé par des aspects de pénibilité au travail. En corollaire nous avons constaté un gain de temps dans la phase de pré-calibrage des fruits. Cela est moins net pour la phase de récolte.

 

Projet « aménagement entrée exploitation »

Lot 1

6 016 €

Lot 2

32 716 €

TOTAL

38 732 €

 

Pour ces deux projets nous avons déposé une demande de subvention auprès du Conseil Régional d’Ile-de-France dans le cadre de la procédure PRIMVAIR. Nous avons obtenu une subvention de 70 000 € et financé la différence par l’emprunt.

Le Conseil Régional vient de faire évoluer cette procédure. Elle ne nous permettra plus de bénéficier de subvention pour de nouvelles plantations de cultures pérennes (pommiers, poiriers, framboisiers, etc.).

 

En plus de ces deux projets nous avons également financé par l’emprunt :

-          pour 19 990 € le remplacement d’un vieil utilitaire Boxer L2H2 par un Boxer L3H2 quasi-neuf (plus long),

-          une tondeuse pour 2 600 € en remplacement de l’ancienne « au bout du rouleau »,

-          l’arrachage de pommiers ELSTAR pour 2 030 € en vue de la plantation de JONAGORED ET RUBINETTE,

-          création d’une ligne électrique pour le Vide-palox – 1 218 €,

-          un acompte pour une plantation de 2 hectares de poiriers en 2020 – 2 726 €,

-          pour 2 900 € la refonte de notre site internet intégrant la technologie « responsive » (opérationnel en 2019).

 

5 – LE BILAN ECONOMIQUE DE LA CAMPAGNE

Il est encore un peu tôt pour dresser un bilan précis mais les projections effectuées laissent apparaitre un exercice équilibré. Nous vous apporterons plus de précisions dans les mois qui viennent.

 

6 – LES INVESTISSEMENTS EN 2019

En 2019 nous allons concrétiser un projet de plantation de pommiers, figuiers et kiwis engagé en 2017 et pour lequel nous allons percevoir une subvention PRIMVAIR (voir bilan de la campagne 2017).

Ce sera le seul investissement planifié de cette campagne. Nous reportons l’isolation de la salle de conditionnement à une campagne ultérieure.

 

Comme évoqué précédemment nous avons décidé de planter en 2020 deux hectares de poiriers sur la parcelle où se trouvaient des framboisiers remontants (jusqu’en 2014) et qui accueillent des céréales bio en attendant.

Cela fait deux ans que nous hésitons à prendre cette décision. Voilà, c’est fait !

Les arbres ont été commandés fin 2018, ils seront plantés en 2020 et nous serons en pleine récolte … en 2027.

Nous avons sélectionné les 3 variétés suivantes 

  • Conférence qui est la poire la plus cultivé en bio car la plus régulière en terme de rendement,
  • Beurré-Hardy qui, en bio, est plus productive que Comice,
  • William comme pollinisateur des 2 autres.

Lorsque ce verger sera en pleine production nous abandonnerons un verger de 2 hectares qui présente deux inconvénients majeurs :

  • Il est très éloigné de l’exploitation (7km) et pour y accéder, il faut traverser l’agglomération d’Orgeval,
  •  Une bonne partie de ce verger est composé de la variété Comice qui pose problème en bio (rendement faible) et dont les arbres sont très âgés.

 7 – PROCHAINS CONTRATS

Pour chacun des deux contrats (fruits rouges et pommes-poires) le prix des paniers sera déterminé à partir de fin avril-début mai après la période à risque des gels printaniers.

 

8 – RENCONTRE A LA FERME

Nous vous communiquerons les dates de rencontre en début d’année mais elles pourraient avoir lieu avant les vacances de Pâques.

 

9 – PARTENARIATS AMAP 2018

Les pommes et poires ont été distribuées aux amapien.nes de 55 AMAP, 45 AMAP pour les fruits rouges. Pour cette campagne 2018 la vente directe (contrats amap + boutique) représente, comme en 2017, autour de 85% des récoltes.

 

10 – CONCLUSION

Nous avons noué le premier partenariat AMAP avec le Panier Vanvéen en 2008 pour un contrat pommes/poires.

Nous ne connaissions pas la démarche AMAP, ils nous l’ont présentée et l’aventure a commencé. Ce fut ensuite la 2ème AMAP de Vanves, les Paniers de l’Echange, puis le Jardin de Poissy, Mûre & Laitue (autre AMAP de Poissy), la FARigoule (Fontenay-aux-Roses), l’amap de Boulogne-Billancourt, K’champs, Les Jardins en Hurepoix (Dourdan), La Ferme de l’Orge (Viry-Chatillon), En Seine Brin d’Orge (Juvisy/Orge), etc. (A ce bilan de campagne nous joignons la liste des référents fruits des AMAP partenaires).

Notre engagement à la pratique d’une agriculture biologique, fin 2009, a fait que nous avons été (et sommes toujours !) très sollicités pour la mise en place de partenariats.

Chacune et chacun d’entre vous, par les contrats qui nous engagent, nous permet d’envisager l’avenir avec une certaine sérénité : nous ne subissons pas la pression de la valorisation de notre travail et nous concentrons sur notre métier qui est fondamentalement de produire des fruits dans le respect de ce bien partagé qu’est notre environnement naturel.

Nos fruits se retrouvent ainsi dans vos corbeilles (plus de 1800 familles) et nous vous apportons la transparence dans nos modes de production et nos décisions de gestion en échangeant avec vous lors des assemblées générales des AMAP auxquelles vous adhérez et des rencontres annuelles sur notre exploitation et en vous dressant chaque année un bilan de campagne.

 

Nous sommes heureux à l’idée de poursuivre notre chemin avec vous.

 

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année.

 

 Jean-Marc & Dominique


Message du 1er septembre 2018

 

Le mois de septembre est là. Il annonce les paniers de pommes et poires dont les distributions débuteront en octobre.

L’été a été sec et cela va avoir une incidence sur le calibre des poires. Calibre plus petit signifie un volume de récolte moins important.

Pour les pommes cela dépend des variétés mais globalement on va dire que ça va.

Pour cette campagne la lutte contre la tavelure (tâche noire sur la peau des fruits) a été compliquée du fait des pluies fréquentes de mi-mai à mi-juin.

La poire Comice étant assez sensible à la tavelure, vous trouverez certains fruits « tavelés » dans vos paniers.

 

Mais avant de distribuer il faut récolter !

Pour les William ça a été fait durant la semaine du 15 août et nous avons commencé la récolte des poires Conférence et Comice ce vendredi 31 août.

La récolte des pommes devrait commencer courant semaine prochaine avec la variété Elstar.

 

A bientôt

Dominique


Voici un nouveau point d’avancement de la préparation de la campagne 2018.

(17 Avril 2018)

 

 

Fraisiers

Les toutes premières fleurs apparaissent dans les variétés DELY et JOLY (les plus précoces) qui ont été plantées début mars. Aucune fleur dans la variété MANILLE.

En 2017, on dénombrait une dizaine de fleurs par plant dans la variété MANILLE. Il est vrai que c’était une année précoce.

Aujourd’hui nous avons mis en place les bâches dans les 10 tunnels qui vont être plantés début mai (variétés MANILLE et MAGNUM).

Alors que nous réalisons habituellement 3 temps de plantation de fraisiers, cette année il n’y en aura que deux : début mars et début mai.

Cela est dû au retard du développement de la première plantation : le mois de mars a été très frais.

Comme l’année est en retard, une troisième plantation de fraisiers nous conduirait à récolter des fraises en août, ce que nous voulons impérativement éviter !

 

Framboisiers et autres petits fruits rouges

La semaine dernière nous avons bâché la parcelle la plus précoce qui se trouve à Orgeval.

Nous avons terminé hier le désherbage de cette même parcelle.

Demain mercredi, nous allons bâcher la deuxième parcelle qui se situe aux Alluets.

Dans cette deuxième parcelle le désherbage et le dressage sont en cours.

Jean-Marc a fait un essai de désherbage en brûlant l’herbe naissante. Nous ne sommes pas convaincus du résultat. A creuser quand même.

Nous taillons les groseilliers et les cassis.

 

Vergers

L’entretien des vergers se poursuit : pulvérisation d’argile, d’engrais foliaire et d’anti-oïdium.

Nous dressons les pruniers et les pommiers (attacher de nouvelles charpentières au fil de fer). Dans certains vergers des piquets en piteux état ont été remplacés.

Globalement le beau potentiel de récolte se confirme.

Autre bonne nouvelle : le gel n’a finalement pas fait de dégât dans les kiwis.

 

 

 Pour terminer ce rapide tour d’horizon, nous devrions avoir la confirmation cette fin de semaine du montant de la subvention accordée par le conseil régional pour le financement de notre projet « PALOX ».

 

 A bientôt.

 

 Dominique


Un p'tit point sur la campagne 2018

(22 mars 2018)

 

La campagne des pommes et des poires s’est achevée fin janvier et, globalement, nous avons eu de bons retours sur la qualité des fruits proposés dans les paniers.

Nous avons eu deux retours négatifs qui ont concerné les premières poires Comice (un peu âpre) et les dernières pommes Canada Gris (un peu « farineuse »).

Nous allons travailler à maintenir ce niveau de qualité.

 

L’hiver est passé et, le premier jour du printemps, nous nous sommes réveillés avec 5 cm de neige. Sacré mois de mars !

J’ai lu qu’il fallait remonter à 1888 pour retrouver un mois de mars aussi froid à Paris. Ah mon brave monsieur, d’mon temps …

Inutile de vous donner beaucoup d’explications pour vous prouver que la nature est en retard sur un tableau de marche « normal ».

Voici les conséquences sur les cultures de ces épisodes de gel de fin d’hiver.

 

Sur les vergers (pommiers, poiriers et pruniers)

Les bourgeons ont grossi mais restent encore bien fermés donc aucun risque de perte de récolte.

J’en profite pour vous informer que le potentiel de récolte est très intéressant … comme en 2017 !

 

Sur les fraisiers

Je rappelle que les tunnels de fraisiers restent bâchés en permanence car ils sont protégés des vents dominants (ouest – sud/ouest) par une haie de conifères.

Les nombreuses tempêtes hivernales ont abimé de nombreuses bâches dont certaines étaient en fin de vie.

Pour planter les fraisiers, en général début mars, il fallait préalablement remplacer les bâches.

Nous avons pu le faire les 5 et 6 mars pour une vingtaine de tunnels et avons dans la foulée planter les variétés DELY et JOLY ainsi que les plants de fraises des bois.

Depuis la météo ne nous a pas permis de remplacer les autres bâches.

Nous avons été livrés le 13 mars de la variété MAGNUM et de la première planche des fraisiers MANILLE mais nous ne pouvons pas les planter car les bâches ne sont pas en place.

 

Dans ces conditions, la récolte des fraises va probablement démarrer avec du retard car, avec le froid, les fraisiers plantés (DELY, JOLY, fraises des bois) ne se sont quasiment pas développés.

On peut toujours espérer un rattrapage durant les mois d’avril et mai …

 

Sur les autres petits fruits rouges (framboises, groseilles, groseilles à maquereau, cassis et mûres)

Là aussi il se pourrait bien que les récoltes débutent avec du retard.

 

Sur les kiwis

Jean-Marc pense que c’est encore un peu tôt pour conclure sur d’éventuels dégâts de gel.

 

Comme je vous l’ai expliqué dans le bilan de la campagne 2017, nous investissons dans le matériel nécessaire pour récolter les pommes et la poire Conférence en palox (très grosse « caisse » de 380 kg de pommes et 200 kg de poires).

C’est un investissement motivé par le souci de ménager les personnes qui sont amenées à porter des caisses de pommes et poires.

Nous devrions bénéficier d’une subvention de la région Ile-de-France de 55 % du total HT, le reste étant financé par l’emprunt.

Les différents matériels ont été commandés et tout devrait être opérationnel au plus tard fin juillet.

 

Cela me conduit à vous informer que les temps d’échanges sur l’exploitation auront lieu deuxième quinzaine de septembre durant la récolte des pommes.

Je confirmerai les dates mais il est probable que deux dates pourraient convenir, les samedis 22 et 29 septembre (matinée).

Ainsi les échanges se feront en visualisant les différentes étapes d’utilisation des palox, de la récolte au calibrage.

Alors que nous cherchions à trouver une idée de rencontre différente des dernières années, un amapien m’a suggéré cette proposition qui a reçu un bon écho auprès des amapiens à qui j’ai eu l’occasion d’en parler.

 

Nous restons disponibles pour répondre à toutes vos questions.

A bientôt.

Dominique


POMMES 2017

Vous trouverez certains de ces fruits dans vos paniers:

 - tâches de tavelure (champignon)

 - anneau de gel (conséquence du gel d'avril)

 - piqûre de punaise

N'ayez aucune crainte, la chair de ces pommes est parfaitement comestible !

 Un rappel concernant les poires :
- Il peut être judicieux de mettre une partie des poires au réfrigérateur et l’autre à température ambiante afin de ne pas avoir toutes les poires mûres en même temps.
- Autre point. Plus les semaines passent et moins les poires mettent de temps à mûrir.

Visite de la Maison Gaillard le 9 septembre 2017

 

Dominique Gaillard accueillait les représentants des AMAP pour leur faire un état des lieux concernant la production de poires et de pommes.

Pour mémoire, la maison Gaillard fournit 46 AMAP représentant environ 1400 familles.

La production 2017 : le gel d'avril a fortement impacté la récolte actuelle.

-          Poires :

La récolte des poires est terminée, La récolte a été de 34 tonnes (à comparer avec 90 tonnes sur une année normale) : William 5%, Comice 20% et Conférence 75%.

Certaines parcelles exposées n'ont rien donné, d'autres ont donné un peu, mais aucune n'a été épargnée.

Il y a eu très peu de poires William récoltées, la probabilité d'en avoir dans les paniers est très faible.

Les deux photos présentant la récolte de poires montrent une seule et même chambre froide : il n’y a pas une récolte de poires dans le frigo n°1 et une récolte de poires dans le frigo n°2 ! Hélas …

Il faut noter que sur la photo « Récolte poires frigo 2 », la travée de droite est composée de caisses vides sachant que lors d’une production normale ce frigo est complètement rempli.

 

-          Pommes :

 La récolte des pommes a commencé le 5 septembre avec la récolte des Elstar pour un peu moins de 1 tonne, soit un rendement d'environ 2.2 tonnes à l'hectare contre 20 tonnes / ha pour une récolte habituelle. Les récoltes de pommes devraient s’achever avec la Goldrush vers la fin octobre.

 

Le premier verger de pommiers visité (Les Flambertins) est un verger de 40 ares où sont plantés Chantecler et Jubilé : aucune pomme ne sera récoltée dans ce verger. Sur cette parcelle se trouve également un verger de poiriers où la récolte s’est faite sur une vingtaine de mètres en lisière de la forêt (voir le plan de la parcelle).

 

La visite du grand verger de pommier (Les Bergeries – 4,6 ha) a permis de constater de visu l'impact du gel. On constate très clairement une délimitation séparant le verger en diagonale (voir sur le plan du verger), d'un côté, des pommiers presque sans aucun fruit et de l'autre, des arbres qui présentent une présence de fruits de plus en plus conforme à la quantité attendue au fur et à mesure de la progression dans les allées (sur des distances de 170 m : 30 m avec une production correcte, puis se raréfie pour atteindre une quasi absence de fruits sur les derniers arbres.)

 

Cette année, comme en 2015 et 2016, il n’y aucune embauche de salariés saisonniers pour les récoltes de poires et pommes mais contrairement à 2015 et 2016, Dominique et Jean-Marc ne participent quasiment pas aux récoltes pour assurer du travail aux salariés. Ils utilisent ce temps de disponibilité forcée pour travailler sur d'autres projets comme la construction d’une plateforme permettant la taille des arbres en lisière de forêt face aux vergers.

 

L'absence de fruits donne aux arbres de la vigueur pour développer branchages et feuilles, ce qui entraînera une augmentation du travail de taille.


Quelques informations sur les perspectives de récolte pour chaque variété de pommes :

 Rubinette : Rendement normal sur quelques mètres à l’extrémité de chacun des 3 rangs, faible à très faible par ailleurs,

 Elstar : variété très touchée par le gel sur toute la longueur des 6 rangs,

 Golden : faible production de Golden,

 Jonagored : dans le premier bloc de 4 rangs quelques fruits dans la partie très atteinte par le gel, ce qui n’est pas le cas dans le deuxième bloc de 4 rangs (quasiment pas de fruits dans la partie du verger très atteinte par le gel).

 Goldrush : plantés en 2012, cela aurait été la première belle récolte. Perspective d’une récolte moyenne.

 Reine des reinettes : également plantés en 2012, a beaucoup souffert du gel avec seulement quelques fruits sur quelques arbres.

 Boskoop et Braeburn : perspective d’une belle récolte,

 Gala : de très nombreux fruits mais plus petits (du fait du gel aucun éclaircissage n’a été pratiqué),

 Chantecler : plantés en 2012, très clairsemés,

 Canada gris : perspective d’une belle récolte.

 

Informations générales

La culture en bio contraint à la déclaration des parcelles exploitées, ce qui a permis à Dominique de nous faire un état des lieux parcelle par parcelle. Cf plans joints.

Un poirier a une espérance de vie d'environ 70 ans, un pommier a lui une espérance de vie d'environ 25 ans.

La taille peut se faire de la chute des feuilles à l'apparition des fleurs soit d'octobre à début ou mi-avril.

 

Les évolutions

Sur une des parcelles plantée antérieurement de framboisiers remontants (arrêt de cette culture à cause de la mouche Drosophila Suzukii qui occasionnait beaucoup trop de dégâts) des cultures de céréales sont assurées à façon par Damien Bignon, un céréalier bio voisin, permettant de maintenir la parcelle en bio dans l'attente d'un éventuel autre projet.

 

Une autre parcelle de 1 ha sera plantée de pommiers en 2019.